Bondage, disciple, domination, soumission et sado-masochisme

Il s’agit d’un ensemble de pratiques sexuelles marginales dans un but érogène qui utilise la douleur, l’humiliation afin de vivre plus intensément la sexualité.

Dans ces relations, un contrat entre les deux partenaires est établit, définissant le dominant et le dominé. Ces relations ne sont pas interdites par la loi mais elles doivent se vivre entre deux adultes consentant. Cette domination s’effectue en générale par la contrainte physique.

Bondage et disciple

Cette pratique consiste à contrainte le corps, tout ou partiellement à l’aide de divers accessoires comme la corde, la chaine, la bande adhésive…

Domination et soumission

Il s’agit de la pratique « soft », les partenaires établissent essentiellement des relations d’humiliation et de service. La recherche du plaisir dans la douleur psychologique.

Sado-masochisme

Il s’agit de la pratique « hard » ou la relation utilise la douleur pour procurer le plaisirs au partenaire.

Le premier terme, « sado » , dérivé du mot sadisme s’applique au dominant qui doit faire souffrir pour se procurer du plaisir et le deuxième, masochisme se rapporte au dominé qui doit ressentir la douleur pour atteindre le même plaisir. On peut également entendre parler de maitre et d’esclave.

Exemples de pratiques :

  • Humiliation : jouer à être l’enfant, se faire gronder, punir, frapper ou tout autre humiliation par rapport à la tenue vestimentaire, les positions, les insultes…
  • L’enfermement ; l’angoisse d’être seul, la tension monte ainsi que le désirs
  • Rubber doll ; totalement enfermé dans du latex, recouvert d’un masque ce qui permet de prendre de la distance avec le réel sans culpabilité ni complexe
  • Le balbusting ; consite a frapper les testicules du dominé
  • Tortures, bondages, élongation
  • La suspension par les pieds, sur une croix, dans une cage…
  • Jeux de service : femme de chambre, valet, infirmière…

Santé et limite

Il est important de bien connaitre les limites du jeu. Si les participant ne se connaisse pas il faut établir les limites avant le début du jeu. Un code de sécurité existe, appelé « safeword » qui est un mot de passe ou d’alerte ou un signe de la tête lorsqu’il y a bâillonnement du dominé qui permet à celui-ci d’indiqué au partenaire qu’il doit immédiatement arrêter le jeu. Les dominants expérimentés n’apprécient guerre se safeword car l’excitation provient essentiellement de l’abandon du dominé au dominant mais attention tout de même au débutant et de bien fixé les limites de s’en tenir au safeword.


Laissez un commentaire


Concerns or questions?

See our support area where you can find questions asked by our clients and answered by the SeventhQueen team. Lorem ipsum lorem ipsum

SEE SUPPORT AREA
NEWSLETTER SIGNUP

By subscribing to our mailing list you will always be update with the latest news from us.

SIGN INTO YOUR ACCOUNT CRÉER UN NOUVEAU COMPTE

 
×
 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up